On aimerait féliciter Camille Lopez pour son article percutant sur Maison Jacynthe.

Soyons clairs : jamais au grand jamais nous aurions eu la bassesse d'affirmer avoir un "remède" pour "vaincre" le coronavirus, on parle de vie ou de mort ici. Nous avons tenté hier, par message, d'expliquer notre point à Madame Lopez mais celle-ci avait déjà sorti ses canons et visait un titre encore une fois dévastateur pour Maison Jacynthe. Nous lui avons demandé de visionner nos deux directs quotidiens depuis les 7 dernières journées et de remettre en question sa position. Pas certaine que ça été fait. Je m'étais promis que ce type de situation serait chose du passé. Jamais il n’a été dans mon intention de promouvoir des huiles essentielles contre un virus mortel.

Il existait selon mon avis un intérêt certain à l'article en question, non écrit par Maison Jacynthe, pourtant la journaliste sème réellement la confusion à cet effet : «Choisissez la formule que vous préférez, mais si vous faites partie des personnes à risque, faites-le ! » recommande l’article de Maison Jacynthe... L'article ''de" Maison Jacynthe écrit la journaliste alors que ce n'est pas notre article. Et cette affirmation de Xavier Babin ne fait pas référence à une arme pour combattre le virus mais plutôt à des huiles essentielles qui peuvent s'avérer utiles, en prévention, possédant des propriétés antivirales d’une efficacité redoutable (pour reprendre les mots de l'article encore une fois), selon les experts en la matière. Aucune mention sur le covid-19. Un docteur est cité dans l'article et ridiculisé par la journaliste. Si cet article a laissé croire à Madame Lopez que l'affirmation stipulant le choix des huiles essentielles était dans le but de contrer la propagation du covid-19, je suis bien surprise. De mon côté, aucun des membres qui me suivent semblent l'avoir pensé. Je vous félicite Mme Lopez de votre perspicacité car vous êtes la seule parmi des milliers à qui nous répondons sur une base hebdomadaire, personne n'avait soulevé cette prétention avant vous.

Il existait un intérêt certain aussi aux autres ouvrages avec références scientifiques partagés par Maison Jacynthe à la journaliste et nullement relevés par elle. Au contraire, elle se permet d'en ajouter avec des liens vers deux autres faussetés soit celle où Maison Jacynthe aurait été mise en garde pour usage illégal de chimie puis, relevant une vieille histoire qu'"un de nos naturopathes" a donné un conseil alors que ce n'était pas notre naturopathe. Tout un ouvrage de journalisme. Un tricotage de mots, de phrases pour afficher sensationnalisme à nos dépens et ce titre "Maison Jacynthe fait la promotion de faux traitements contre le coronavirus". J'espère que les questions qu'elle a formulées auprès de l'expert interviewé l'ont été dans leur contexte et non à l'avantage de notre destruction. Vous qui me suivez, comprenez ma consternation alors que jamais je n'ai fait de promotion de solution miracle. Tout un exercice de raccommodage tellement non professionnel et inutile en cette période de crise. On souhaite tellement me faire taire. Alors que l'épuisement et le stress nous gagnent tous. Ça fait 7 ans que je suis avec vous. Je suis amoureuse d'un style de vie sain. J'Ai un grand penchant pour les choses simples, agréables, la salade, les produits naturels, les huiles essentielles. C'est ce que je suis et ça va rester ainsi Je respecte ma communauté et notre clientèle au plus haut point et mon intégrité ainsi que celle de Maison Jacynthe vous sont démontrées sur une base quotidienne.

Je suis désolée et triste de cet acharnement continu de plusieurs médias. L'Actualité se démarque avec la première place.

J'aimerais ajouter que la fenêtre pop-up qui s'ouvre maintenant lorsqu'on clique sur le site mis en lien n'apparaissait pas au moment où on a partagé l'article.

 


 

Réponse écrite à la journaliste hier (25 mars) :

Alors que tout mon temps est consacré à travailler de concert avec notre équipe extraordinaire au labo, en plus des chimiste, biologiste & artisans de matières premières extraordinaires, je dois perdre mon temps, & mon calme, à répondre à une journaliste en quête de sensationnalisme (alors que le mot d’ordre, bien servi par un de mes animateurs préférés en ondes le dimanche soir, est de l’éviter).

Vous êtes plusieurs milliers à visionner mes directs sur une base régulière et je suis persuadée qu’aucune d’entre vous pourrait affirmer que j’aurais pu d’une façon quelconque laisser croire que je propose un « remède » pour guérir du fléau auquel nous devons faire face depuis plusieurs semaines.

Voici ma réponse à une journaliste de l’Actualité :

« Il est crucial d'avoir de la vigueur dans vos affirmations. Nulle part il est proposé dans cet article un "remède" pour guérir d'un virus et encore moins du coronavirus (il ne faut pas confondre avec "propriétés antivirales") ; et jamais aucune de nos références et encore moins dans mes partages, nous n'avons eu cette prétention et encore moins fait référence à un "remède", soyons sérieux ; je vous invite à écouter toutes mes capsules depuis lundi le 15 dernier avant de publier quoi que ce soit ; le cas échéant, difficile d'être objectif ; profitez-en pour faire un vrai travail d'investigation ; le passage que vous citez, écrit par le journaliste Xavier Babin : « Choisissez la formule que vous préférez, mais si vous faites partie des personnes à risque, faites-le ! » reflète ce qui est proposé plus haut dans son article en prévention avec les huiles essentielles à porter ou à diffuser ; rigueur s'impose à vous encore une fois ; il reprend les possibilités d'utilisation mentionnées en haut de cette phrase et non pas à un remède ; vous semblez chercher du sensationnalisme et c'est moi qui vous met en garde contre des fausses nouvelles ; je me retrouve, vu votre responsabilité au sein du magazine, dans une situation très particulière ; j'ai relu votre texte ainsi que celui du protocole, moi ainsi que des membres de mon équipe, et je vous demande de m'indiquer où nous prétendons avoir un remède ; nulle part il est écrit guérir mais partout sont rappelés les mêmes conseils que la santé publique nous répète quotidiennement soit de s'isoler et de se laver les mains ; par ailleurs, ce matin je mentionnais, en regard au ravintsara, ce Dr : « Commencer par le ravintsara qui a l’avantage d’avoir peu de contre-indication. Sur les poignets et à respirer. On peut y associer celle d’arbre à thé » (Dr Eric Ménat) ; je sais très bien que l'article est écrit par un journaliste, je le mentionne ; puis j'ai repris et lu depuis les 3 derniers jours ce que fait l'infirmière Catherine Maranzana, infirmière diplômée qui a initié l'entrée de l'aromathérapie dans les structures médicales des Hôpitaux civils de Colmar en France ; j'ai aussi référé ce matin à la docteur en pharmacie Aude Maillard qui propose elle aussi l'utilisation de ces huiles essentielles en publiant les études scientifiques (que vous pouvez retrouver sur pubmed) sur le laurier et le tea tree sur les virus et coronavirus ; nous vendons des huiles essentielles, dont la plupart ont des npn délivrés par Santé Canada et oui je réfère à ces articles sur comment les utiliser pour s'aider, non pas pour guérir, autant pour notre moral, à tous éprouvés, qu'en prévention et complément thérapeutique à l'appui de la médecine. Veuillez donc svp, m'épargner. Ne sachant pas comment vous choisissez vos sujets, est-ce par ordre d'importance ou de danger pour la population, évidemment cela vous regarde, mais j'espère que vous allez publier les faits dans leur entièreté et dans leur contexte. ET je vous recommande de ne pas vous amuser à salir la réputation d'une entreprise puisque vous êtes la seule à écrire « remède ». C'est très grave. Évidemment, je me permettrai moi-même de publier nos échanges. Tellement de fausse nouvelles peuplent les réseaux sociaux en ce moment. »

Je rajoute ceci : anciennement jmagazine (maintenant maison jacynthe) a été pendant longtemps un outil d'échanges et de partages, en deux mots un blog, aucun produit à vendre, aucune boutique en ligne, pendant 18 mois ; oui ça bien changé, nous offrons maintenant des milliers de salade à domicile et une gamme de produits naturels d’une qualité irréprochable. Néanmoins, tentez de ne pas nous accuser d'opportunistes : soyez assurée qu'étant donné l'ampleur de notre entreprise, ce n'est pas la vente du ravintsara, 11 $, même si c'était à des centaines de personnes, qui changerait grandement notre chiffre d’affaires. ET soyez assurés que ma vocation première, soit celle du partage, demeure : ma passion est de partager les auteurs, les recherches, les alternatives reliées aux huiles végétales, essentielles, aux plantes... et je vais toujours continuer de le faire, comptez sur moi.

Jacynthe