Première lettre à Pettersen

OBJET:  Reportage du 27 mars 2020, émission LES EFFRONTÉS. Produits naturels et Covid-19 attention aux charlatans.

Madame,

Nous avons rencontré Madame Jacynthe René et Monsieur Sylvain Garon, représentants de notre cliente Maison Jacynthe Inc. qui nous ont donné mandat afin de vous faire parvenir la présente.

Certes, notre cliente, considère que le droit du public à l'information « d'intérêt public » est primordial pour la liberté et la démocratie et que ce droit prime sur toute autre considération.

Cependant, il est aussi de l'avis de notre cliente que le public, a le droit d'obtenir des journalistes, chroniqueurs & animateurs en général, une information, livrée avec rigueur, exactitude, impartialité et exempte d'exagération ou d'interprétation abusive des faits.

Notre cliente, par la transmission de votre reportage du 27 mars dernier sur les ondes de la station TVA à l'émission « les effrontés », a subi de fausses informations à son sujet, des exagérations et surtout un manque flagrant d'équité auquel il était de votre devoir de lui assurer. Est-il nécessaire de vous rappeler que notre cliente est une entreprise québécoise qui embauche près de soixante-dix employés et donc de familles que chacune de ces faussetés ou exagérations de votre part, affectent au quotidien.

Lors de cette émission radiophonique et après une pause commerciale vous enchaînez sur le sujet de Maison Jacynthe. Vous débutez en pouffant de rire à propos du futur sujet tout en déclarant ceci:

« (Rires) Bon! Jacynthe René (rires). En! (rires) Il fallait bien qu'elle fasse parler d'elle par ces temps de pandémie! Parce que depuis le 6 mars il y a un article qui a été publié sur son site internet, un article qui nous demande « Coronavirus peut-on s'en protéger de façon naturelle» et là évidemment ça fait jaser. Y a consacré un article à toute cette histoire-là, parce que là c'est le « free for all » là sur la page de Jacynthe René. On nous propose des trucs pour nous aider à respirer, des potions d'huiles essentielles qui nous préviendraient d'attraper la covid-19 et tout ça évidemment préoccupe bien des gens et moi la première, je trouve ça très dangereux et j'avais envie que l'on en parle avec un pharmacien: Christophe Auger. »

Notre cliente considère votre entrée en matière comme étant totalement subjective et complètement sensationnaliste. En effet, on devine, d'une part, et ce, dès vos premiers rires que notre cliente est condamnée d'avance par vous et le sera très certainement par le pharmacien que vous avez invité. D'autres part, vous référez aux gens qui sont préoccupés, qui ont peur qui trouvent ça dangereux sans jamais mentionner donner d'exemples de qui est préoccupé et qui peur, alors que la lettre contestée se trouvant sur le site de notre cliente est adressée à ses abonnés.

Par la suite, après avoir présenté votre invité le pharmacien Christophe Auger, vous indiquez ceci :

« Revenons-en à notre Jacynthe nationale. Les gens sont inquiets, les gens cherchent toute sorte de façons de se protéger contre la Covid-19, mais aussi cherche des remèdes un peu maison. On en voit passer un peu partout sur le site internet de Jacynthe René. C'est quand même alléchant. La médecine traditionnelle n'a aucune réponse à cette épidémie là alors c'est tentant de se tourner vers les médecines alternatives et là on a tout un protocole sur son site anti-coronavirus qui nous renvoie à des sites français qui vendent des huiles essentielles aux propriétés antivirales.

Les huiles essentielles, Bon! ça Christophe, il y a des gens qui pensent que ça fonctionne, il y a des gens qui croient à ça, mais scientifiquement est-ce que c'est vrai qu'il y a certaines plantes qui peuvent être assez efficaces pour être des anti-viraux? »

La question se pose effectivement et objectivement. Mais l'approche que vous employée pour obtenir l'opinion du pharmacien est on ne peut plus tendancieuse et encore une fois exagérée. Et que fait le pharmacien: il ne répond pas à la question posée, au contraire, il va s'écarter complètement de son rôle d'expert et surtout de la question posée montrant toute la subjectivité de son discours. Il posera un jugement de valeur sur notre cliente et pire, il lui prêtera une intention coupable:

« La première chose que je vous dirais c'est que c'est vraiment une honte. C'est une honte de profiter de la peur des gens pour son enrichissement personnel... Mais des gens qui essaient de vendre des produits en « surfant » sur la peur de la population c'est vraiment une honte et j'espère qu'il y aura des conséquences pour ces gens-là. »

Le jugement est rendu. Non seulement vous cautionnez ce commentaire qui déjà va trop loin, pour renchérir:

« Et ce que je trouve particulièrement pernicieux outre de profiter de la peur des gens pour vendre des produits, parce que sur le site, il y a plusieurs liens pour aller acheter ces fameuses trousses d'huiles essentielles. »

« ...Par ailleurs on a essayé de la rejoindre au magazine I'Actualité, elle se dédouane, elle ne répond pas « moi je ne propose rien en tant que tel » «A joue entre guillemet dans les failles du système. »

« ...A sait très bien ce qu'a fait en tout cas mois c'est l'impression que j'ai. »

À chacune de vos attaques, le pharmacien invité renchéri à son tour en déclarant « absolument » et prendra la parole pour indiquer :

« Je pense qu'elle est bien au courant de ce qu'elle peut dire ou ne pas dire, mais c'est ça je ne sais pas s'il va y avoir des mesures qui vont être prises. On est en temps de crise. Est-ce que certaines mesures devraient être prisent pour encadrer mieux les allégations trompeuses. »

Finalement après avoir clairement accusé notre cliente de fraude, vous renchérissez encore comme si cela n'était pas assez :

« C'est de la charlatanerie, c'est-ce que j'ai envie de dire sur le site de Jacynthe René par rapport à la covid-19 ça ressemble pas mal à ça la charlatanerie. Je vous rappelle qu'en 2018, l'ordre des chimistes du Québec avait mis en garde Maison Jacynthe donc la Compagnie de Jacynthe René pour usage illégal de la chimie dans la fabrication de produits d'usage cosmétique. La compagnie avait engagé un chimiste. La même année Maison Jacynthe s'était retrouvée un peu dans le pétrin après qu'un de ses naturopathes avait conseillé à une mère de faire un lavement à son bébé d'à peine trois semaines.

En aucun temps, lors de votre reportage, vous ne mentionnez à vos auditeurs, avec précisions, quels produits font partie de la trousse décriée par vous. Au contraire, vous faites référence à la page de Maison Jacynthe comme étant un « free for all » vous parlez de trucs et de potions d'huiles essentielles et de « fameuses trousses d'huiles essentielles ».

Par contre, la vérité est beaucoup plus banale que votre reportage du 27 mars 2020. C'est que la trousse en question est composée de 11 produits. Elle contient trois savons à mains, un gel main, des formules pour le ménage, pour l'air ambiant, une formule homologuée par Santé Canada pour soulager la toux et une crème hydratante.

C'est le contenu de la trousse en question. Se laver les mains, s'hydrater les mains parce qu'on les a trop lavés et nettoyer les surfaces avec des huiles essentielles. Est-ce qu'en ce temps de pandémie, le conseil de se laver les mains en achetant du savon et des huiles essentielles locales est contraire au message lancé par nos gouvernements? Madame René prônait également sur son site, la distanciation sociale tout comme le demande le gouvernement. Évidemment, il n'y en aura aucune mention de votre part.

Comme vous le savez très bien, la représentante de notre cliente, madame Jacynthe René, n'a jamais prétendue avoir trouvé LE médicament pouvant guérir le Coronavirus tel que véhiculé dans les médias à l'heure actuelle, ni non plus, fait la promotion de faux traitements contre le Coronavirus comme le titre de l'Actualité l'indique et ce, encore moins, quand on sait que le contenu de la trousse contient des savons et des nettoyants de surfaces.

Sachez que toutes les boutiques, centres de soins et restaurants de Maison Jacynthe ont fermés avant que cela ne soit imposé par le gouvernement et que depuis les employés qui n'ont pas été mis à pied, travaillent sans relâche pour livrer des salades aux clients à domicile, en confinement, soit en moyenne 2500 repas par semaine.

Maison Jacynthe est considérée désormais comme une entreprise de services essentiels, pour ses services d'alimentation de même que pour ses antiseptiques homologués.

Notre cliente depuis sa création, vend des produits naturels, prône la santé physique et la bonne alimentation. Elle a plus de 100 000 abonnés qui suivent ses blogs et communiquent avec elle quotidiennement. Pour la plupart, ils sont clients et adeptes des produits naturels et du style de vie qu'elle prône. Madame René suggère depuis des années toute sorte de lectures, d'opinions de tout acabit. De médecin traditionnel, naturopathe, nutritionniste, cuisinier etc. Xavier Bazin a été cité dans l'article de I'Actualité mais à plusieurs reprises auparavant, Madame René aura déclaré à ses abonnés que monsieur Bazin dont fait état l'actualité était contesté. Au fil du temps, de par ses blagues et son site elle met les gens en garde de respecter la médecine traditionnelle et ses traitements en vigueur.

Sachez que notre cliente n'a jamais eu la volonté ni la nécessité d'avoir à tromper les gens, ses clients, abonnés, afin de tenter de faire fructifier l'entreprise. Au contraire, celle-ci jouit d'un lien particulier avec sa clientèle que malheureusement des reportages incendiaires, contenant des attaques et insultes diffamatoires, comme le vôtre, tente manifestement de mettre à sac.

Sachez que le conseil du lavement pour bébé a été effectué par un naturopathe, monsieur Louis-Simon Leroux qui a reconnu publiquement son erreur et sa responsabilité. Il avait prodigué ce conseil, il en était le seul responsable. Légalement ce naturopathe n'a jamais travaillé pour Maison Jacynthe.

Sachez aussi que Maison Jacynthe n'a jamais eu à engager de chimiste et n'a jamais pratiqué de chimie de façon illégale. Ce rappel de votre part est délibéré et fait dans le but de nuire à notre cliente, contient des faussetés. Cependant la vérité est plus positive que ce que vous voulez laisser entendre à vos auditeurs, notre cliente, a son propre laboratoire de cosmétiques, travaille avec 3 chimistes, 2 biologistes, 1 pharmacienne et surtout l'entreprise possède jusqu'à maintenant 45 homologations de produits, toutes obtenues de Santé Canada.

 

Lettre à L'actualité 

Nous avons rencontré Madame Jacynthe René et Monsieur Sylvain Garon, représentants de notre cliente Maison Jacynthe Inc. qui nous ont donné mandat afin de vous faire parvenir la présente.

Certes, notre cliente, considère que le droit du public à l'information « d'intérêt public » est primordial pour la liberté et la démocratie et que ce droit prime sur toute autre considération.

Cependant, il est aussi de l'avis de notre cliente que le public, a le droit d'obtenir des journalistes en général, une information, livrée avec rigueur, exactitude, impartialité et exempte d'exagération ou d'interprétation abusive des faits.

Notre cliente, par la parution de votre article du 26 mars dernier, a subi de fausses informations à son sujet, de nombreuses exagérations et surtout un manque évident d'équité auquel il était de votre devoir de lui assurer. Est-il nécessaire de vous rappeler que notre cliente est une entreprise québécoise qui embauche près de soixante-dix employés et donc de familles que chacune de ces faussetés ou exagérations de votre part, affectent au quotidien.

Comme vous le savez très bien, la représentante de notre cliente madame Jacynthe René n'a jamais prétendue avoir trouvé LE médicament pouvant guérir le Coronavirus tel que véhiculé dans les médias à l'heure actuelle, ni non plus, fait la promotion de faux traitements contre le Coronavirus comme votre titre d'article l'indique.

Notre cliente depuis sa création vend des produits naturels, prône la santé physique et la bonne alimentation. Elle a 107 000 abonnés qui suivent ses blogs et communiquent avec elle quotidiennement. Pour la plupart, ils sont clients et adeptes des produits naturels et du style de vie qu'elle prône. Madame René suggère depuis des années toute sorte de lectures, d'opinions de tout acabit. De médecin traditionnel, naturopathe, nutritionniste, cuisinier etc. Xavier Bazin a été cité dans l'article mais à plusieurs reprises auparavant, Madame René aura déclaréàses abonnés que monsieur Bazin était contesté. Madame René croit aux vertus des huiles essentielles comme la plupart de ses abonnés et comme tant de gens à travers le monde mais de là à déclarer qu'elle fait la promotion de faux traitements contre le coronavirus et aujourd'hui qu'elle a inventé le remède contre le Coronavirus est diffamatoire.

Madame René le mentionne simplement: « Ma trousse pratique créée pour s'aider ces temps-ci comporte notre gel mains et formules d'huiles essentielles à vaporiser à porter à manger et avec lesquelles nettoyer nos surfaces ainsi que trois savons et notre mousseline calendule pour hydrater et nourrir nos mains.»

C'est le contenu de la trousse en question. Se laver les mains, s'hydrater les mains parce qu'on les a trop lavés et nettoyer les surfaces.Est-ce qu'en ce temps de pandémie, le conseil de se laver les mains en achetant du savon et des huiles essentielles locales est contraire au message lancé par nos gouvernements? Vous avez noté que madame René prônait également sur son site la distanciation sociale tout comme le demande le gouvernement.

Toutefois avez-vous noté que toutes les boutiques, centres de soins et restaurants de Maison Jacynthe ont fermés avant que cela ne soit imposé par le gouvernement et que depuis les employés qui n'ont pas été mis à pied, travaillent sans relâche pour livrer des salades aux clients à domicile, en confinement.

Vous êtes-vous demandé si à l'instar des autres compagnies partout dans le monde si la publication d'un tel article, en cette période précise pourrait constituer le coup fatal? Était-ce le but recherché?

La question est légitime car le ton utilisé par vous tout au long de l'article est tendancieux. Clairement, peu importe ce que madame René vous aura expliqué lors de votre entretien avec elle, la conclusion et le titre étaient déjà choisis par vous. D'ailleurs, vous prenez bien soin de rappeler l'affaire de l'Ordre des chimistes qui fait présentement l'objet d'un recours judiciaire et également l'affaire du lavement rectal conseillé par un naturopathe qui était à l'emploi de la compagnie Actumus et non de Maison Jacynthe comme vous le prétendez faussement dans votre article.

De plus, vous avez omis d'indiquer à vos lecteurs que la fenêtre qui apparait dans le lien direct vers le protocole de Xavier Bazin et le message qu'on peut y lire n'est aucunement l'œuvre de Maison Jacynthe. Elle en a aucun contrôle ni responsabilité.

Sachez que notre cliente vous tient responsable du préjudice, très grave qu'elle subit présentement par ce manque flagrant d'objectivité et d'équité de votre part. Partout les médias prétendent, depuis voire article, que notre cliente a inventé la recette du remède du Coronavirus alors qu'il n'en est rien.

 

Lettre à

Madame Lise Ravary Journaliste Journal de Montréal Cogeco Inc. 98.5 F.M.

Certes, notre cliente, considère que le droit du public à l'information « d'intérêt public » est primordial pour la liberté et la démocratie et que ce droit prime sur toute autre considération.

Cependant, il est aussi de l'avis de notre cliente que le public, a le droit d'obtenir des journalistes en général, une information, livrée avec rigueur, exactitude, impartialité et exempte d'exagération ou d'interprétation abusive des faits.

Notre cliente, par la transmission de votre reportage du 26 mars dernier sur les ondes de la station 98,5 f.m à l'émission « puisqu'il faut se lever », a subi de fausses informations à son sujet, des exagérations et surtout un manque évident d'équité auquel il était de votre devoir de lui assurer. Est-il nécessaire de vous rappeler que notre cliente est une entreprise québécoise qui embauche près de soixante-dix employés et donc de familles que chacune de ces faussetés ou exagérations de votre part, affectent au quotidien.

Lors de cette émission radiophonique intitulée « les deux pieds sur terre », bilan de ce que j'ai appris depuis le début de la crise; il parait que ce qui nous ne tue pas nous fait grandir, vous avez commencé par parler des « petits crosseurs »qui vendent des rouleaux de papiers de toilette 2,75$ l'unité pour immédiatement enchaîner avec ce qui suit à propos de la représentante de notre cliente madame Jacynthe René:

« L'incroyable, l'increvable Jacynthe René. Celle qui avait prescrit un lavement à un bébé de trois semaines. Elle vend des huiles essentielles à 157$ pour se protéger du coronavirus. Elle, elle n'apprend pas. »

Notre cliente considère ce commentaire comme une attaque tout simplement gratuite, totalement subjective et inexacte et diffamatoire en ce que:

« Elle qui avait prescrit un lavement à un bébé de 3 semaines. » Ce seul commentaire qui pourrait être considéré comme étant « factuel » est complètement erroné puisque celui qui avait suggéré à la mère d'un poupon de trois semaines n'était pas madame Jacynthe René mais, un jeune naturopathe nouvellement sorti de l'école, seul responsable de ses propres suggestions et conseils. Ce naturopathe a immédiatement admis sa faute et a décidé d'en prendre tout le blâme. Légalement ce naturopathe n'a jamais été à l'emploi de Maison Jacynthe.

« Là elle vend des huiles essentielles pour 157$ pour se protéger du Coronavirus. » C'est complètement faux, à nouveau. Aucune huile essentielle n'est à vendre pour 157$ chez Maison Jacynthe.

Par contre, la vérité c'est qu'une trousse de 11 produits est effectivement disponible à 154 dollars. Trois savons, un gel main, des formules pour le ménage, pour l'air ambiant, une formule homologuée par Santé Canada pour soulager la toux et une crème hydratante.

C'est le contenu de la trousse en question. Se laver les mains, s'hydrater les mains parce qu'on les a trop lavées et, nettoyer les surfaces avec des huiles essentielles. Est-ce qu'en ce temps de pandémie, le conseil de se laver les mains en achetant du savon et des huiles essentielles locales est contraire au message lancé par nos gouvernements?

Ce commentaire laisse faussement croire que notre cliente profite de la pandémie pour augmenter ses prix (surtout immédiatement après avoir indiqué qu'il y avait des petits crosseurs qui en profitaient pour vendre des rouleaux de papiers de toilettes à 2,75$ l'unité) en plus de laisser croire que ceux-ci ont des propriétés anti-coronavirus ce qui est tout le contraire. Cependant ce commentaire n'est appuyé d'aucune comparaison dans le milieu des pharmacies, des grandes surfaces, des ventes en ligne de savons, d'hydratant à mains, de diffuseur etc.

« L'incroyable, l'increvable Jacynthe René» «Elle, elle n'apprend pas. »

Ces commentaires gratuits, subjectifs condamnant clairement la représentante de notre cliente sont complètement déraisonnables. Il laisse dans l'esprit des auditeurs une opinion très négative et surtout sans fondement de notre cliente.

Sachez que notre cliente vous tient responsable du préjudice, très grave qu'elle subit présentement par la diffusion de faussetés à son endroit de même que du manque flagrant d'objectivité et d'équité de votre part.

Réponse

Nous faisons suite à la lettre de mise en demeure, datée du 30 mars 2020, que vous avez transmise à la demande de votre cliente, Maison Jacynthe Inc., suite à la diffusion le vendredi 27 mars dernier (et non le 26 mars 2020, tel que mentionné dans votre lettre), sur les ondes du 98,5 de la chronique décrite en objet dans le cadre de l'émission Puisqu'il faut se lever (ci-après la «Chronique»).

Nous vous confirmons que sur réception de cette mise en demeure, nous avons fait retirer la Chronique du site Internet du 98,5, et ce, afin de nous permettre d'effectuer les vérifications nécessaires.

De plus, le vendredi 3 avril 2020, Lise Ravary présentera ses excuses dans le cadre de son segment habituel diffusé dans l'émission Puisqu'il faut se lever sur les ondes du 98,5.

 

Chronique, de Patrick Lagacé :

« La connerie est comme la coronavirus je veux dire qu'elle frappe tout le monde sans discrimination. Tenez même le prince Charles (3) en est atteint (du coronavirus) Et au Québec, la reine de la business des faux remèdes (4) madame Jacynthe René est elle aussi gravement atteinte (de la connerie) ».

Réponse de Patrick Lagacé en relation avec une chronique intitulée « Catégorie belles histoires » parue dans LaPresse+ en date du même jour.

Après révision du dossier, et ce sans aucune admission de responsabilité, nous vous avisons que la mise au point suivante a été publiée dans la chronique de Patrick Lagacé intitulée « La patrie avant les partis » dans le cahier « Actualités » de La Presse+ du 8 avril 2020:

« Jacynthe René

La semaine passée, j'ai consacré quelques lignes de ma chronique à Jacynthe René, comédienne et propriétaire de Maison Jacynthe, un site de vente de produits naturels.

J'ai relayé un article du magazine L'actualité qui soulevait des questions importantes sur la différence entre ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas en matière de lutte contre la COVID-19. Cet article mettait en lumière des mots utilisés par Jacynthe René qui donnent à penser qu'elle croit que certains produits peuvent aider à se prémunir contre ce terrible virus. En ces temps périlleux, tout le monde doit bien peser ses mots, pour éviter de mettre en valeur des façons inefficaces de se protéger.

Jacynthe René dit que ce n'était pas son intention. Elle a même retiré un article de blogue qui pouvait porter à confusion. C'est une très bonne nouvelle.

Maintenant, j'ai associé Jacynthe René au virus de la connerie, dans cette chronique. Elle en a été offusquée. Chère Jacynthe: je fais amende honorable et je suis désolé pour cette image. J'en profite pour rappeler à tout le monde que le virus de la connerie n'est pas mortel et qu'il peut toucher tout le monde... Même moi! Il n'y a qu'à relire ma chronique du 3 mars dernier pour s'en convaincre...

Alors on se lave les mains avec du savon et de l'eau chaude (ou un gel hydroalcoolique avec une teneur minimum de 70 % d'alcool), on garde ses distances et on reste le plus possible chez soi.

Pour l'instant, la meilleure défense, c'est ça. »

Nous vous avisons aussi que nous allons contester vigoureusement toute action qui pourrait être instituée par votre cliente contre La Presse ou contre M. Lagacé.

Nous vous prions d'agréer, cher confrère, l'expression de nos sentiments distingués.