Au micro, dans les médias : "Méfiez-vous de Jacynthe" "Maison Jacynthe dangereux"

La désinformation est dangereuse, le salissage et l'intimidation aussi. Maison Jacynthe est plutôt une solution pour des gens avertis et consciencieux qui optent pour des choix plus judicieux au niveau de leur bien-être. Soyons sérieux et arrêtons de rire des gens, c'en est ridicule et choquant à la fois. 

Vous n'avez pas idée comment je prends à coeur et très au sérieux le bien-être de nos clients, de nos invités, de nos auditeurs. C'est le fondement même de notre existence, de notre mission, c'est pour ça qu'on est là, qu'on existe, c'est comme ça qu'on a commencé. On va toujours suivre les lois, on ne dérogera jamais du cadre des institutions qui nous gouvernent. 

J'ai le plus grand des respects et je vous dirais même de la reconnaissance pour le corps médical. Mon fils et moi-même avons traversé des situations particulières & difficiles sous les meilleurs soins imaginables de médecins et spécialistes du Québec. Encore une fois merci. 

Qui est Maison Jacynthe 

Maison Jacynthe est née le 15 mars 2013 via une plateforme web où je partageais des inspirations d'un style de vie qui fait du bien (ma première lettre envoyée repose sur une logique alimentaire digeste et rentable : fibres pour commencer ses journées, salades pour commencer ses repas, jus vert en fontaine de Jouvence et boules d'énergie en gâteries), exercice physique...

Octobre 2014, une boutique en ligne naît : nous proposons 4 formules naturelles, saines, pures qui font partie de mon quotidien : formule aromatique pour le ménage, parfum d'ambiance, eau florale véritable et sérum beauté 100 % actif.

Novembre 2017, nous acquérons une première maison à Sainte-Thérèse, sous la demande des femmes de la région suite à une conférence donnée et suivant un coup de coeur pour un bâtiment ancestral riche en histoire. Dans cette maison, une cuisine à notre disposition servira de premier bistro pour ne présenter au menu que ma salade gourmande composée de 12 à 14 pousses et légumes bio. 

Juin 2018, une deuxième maison, toujours patrimoniale, à Montréal cette fois deviendra phare. Puis rapidement nous nous rendrons à 9 établissements, en plus de la grange-beauté en guise de labo, couvrant la province dans le but de bien accompagner nos invités, autant par des renseignements que par une expérience chaleureuse qui vaut le déplacement (sans jamais imposer à nos équipes sur place d'objectifs de vente dans le but justement que vous soyez véritablement bien accompagnés) et dans le but d'être indépendant, autonome, libre. Maison Jacynthe en 2021 engage 110 employées et encourage par le biais de son entreprise de très nombreux fournisseurs québécois et gens d’ici. Cette entreprise bâtie en l’espace de 7 ans par Sylvain et moi est un succès à la hauteur de nos attentes. On a des idées nouvelles, pour le bénéfice de notre clientèle...

Cependant nous comprenons aujourd'hui qu'en refusant les grands joueurs distributeurs/annonceurs, ayant aussi refusé de vendre ma marque à un média d'envergure ("c'est ma vie! Je ne peux pas vous la laisser!!"), nous nous sommes attiré leurs foudres. 

Est-ce que ça explique les attaques médiatiques de toutes parts à notre égard?  

Est-ce que Maison Jacynthe a besoin des médias? Heureusement non, voilà probablement pour les enflammer quelque peu plus. 

Depuis le début de l'intérêt du public pour le style de vie que je propose (soit avec la sortie de mon deuxième livre, en septembre 2014, soit le 1er sur mon alimentation : "Vive la détox gourmande" devenu best-seller en moins d'une semaine, mon éditeur a dû commander une première réimpression d'urgence), certaines voies ont commencé à ridiculiser, à ternir en référant à une secte, puis à critiquer l'absence de preuves scientifiques. Je ne me suis jamais présentée comme scientifique mais plutôt comme porte-parole d'un style de vie sain. J'ai su, par contre, dès mon premier livre, faire relire par des scientifiques et médecins mes écrits pour m'assurer de leur validité. Sûrement, une équipe de belles références santé (médecins, pharmaciens, chimistes, biologiste, nutritionniste) vient m'entourer aussi heureuse de se retrouver parce que la voie du milieu empruntée comporte son lot de difficultés : ne pas aller dans le même sens que la masse ne fait pas l'unanimité, bien évidemment. 

Alors qu'on rallie aussi de plus en plus de gens intéressés par notre discours différent, d'alternatives saines, connaissant de plus en plus les réels dangers de l'alimentation et cosmétiques de masse proposée et vantée, de plus en plus, le groupe rallié autour de la conformité, subventionné aussi par elle, épiera chacun de mes faits et gestes pour trouver l'erreur, ou la créer, donnant lieu à une campagne de salissage sur plusieurs années, à ce jour. 

Parallèlement, j'ai vu des personnalités vanter des mérites sur une guérison de Covid, par exemple, grâce à des produits de santé naturels. Lorsque nous avons soulevé cet exemple au Collège des médecins, il nous a répondu qu'une personnalité avait le droit de parler de son expérience. 

Savoir que lorsque j'ai appris par la suite que l'irrigation était illégale si administrée par un non-professionnel de la santé (et les naturopathes au Québec ne sont pas reconnus comme tels), nous avons demandé par voie légale directement à M. Limoges de cesser de proposer cette activité.  Force est de constater que le Collège des médecins a beaucoup de pain sur la planche car en faisant une simple recherche aujourd'hui sur les offres d'irrigation, de nombreux centres apparaissent dans la seule région de Montréal.

Résumons tout de même que la seule condamnation concerne ces deux vidéos et le fait que j'ai outrepassé mon rôle d'intervieweuse dans ces deux vidéos. ET que c'est ma première offense pour laquelle je suis accusée. 

C’est la seule chose à dire à mon avis : « le tribunal a bien compris que j’étais notamment une intervieweuse et il a jugé que dans les deux vidéos en compagnie de Christian Limoges, j’ai outrepassé ce rôle... sur toutes les vidéos postées, il y a en avait deux jugées problématiques. »

Je suis consternée mais je comprends la situation. Je ne nie aucunement que j'ai démontré passion et enthousiasme pendant ces deux vidéos. Je suis ainsi. Je respecte évidemment la décision du tribunal et cela viendra changer mon approche pour le futur c’est clair. D’ailleurs il est aussi très clair qu’il devrait y avoir une réflexion dans le milieu.

À une certaine époque certains reprochaient à Actumus de ne pas être conforme à Santé Canada au niveau des NPN. Pour notre part chez MJ, tous les produits qui doivent être homologués par santé Canada l’ont été. Nous sommes conformes aux lois actuelles. Voilà qu’aujourd’hui le Devoir a reproché, en mettant MJ en tête d’affiche, que la Loi était trop permissive et que Santé Canada laissait les commerçants léser les gens. Donc malgré le fait que MJ respecte les lois, elle reçoit encore une mauvaise presse. Ce n’est pas encore suffisant et elle est accusée d’abuser encore.

Autre sujet de discussion : lorsqu'on propose des produits ou style de vie pour maintenir ou améliorer la santé, est-ce pratiquer illégalement la médecine. J'imagine que se rallieront tous les acteurs du mieux-être : entraineurs et centres sportifs, nutritionnistes, personnalités qui utilisent leurs plateformes pour proposer des solutions à des problèmes, centre de produits naturels, entreprise de produits naturels, conférenciers, et même producteurs d'aliments santé, publicistes qui les proposent avec des images bien-être... est -ce que tous pratiqueraient la médecine de façon illégale?

Quoi qu'il en soit, bien que ce ne soit pas un critère en droit, dans ce genre de dossier, il s’agit d’une accusation à responsabilité stricte et qu’il n’est pas nécessaire de démontrer l’intention je n'ai jamais voulu pratiquer la médecine ou faire croire que je pouvais l’exercer. Je n'ai jamais voulu tromper notre clientèle, mon intention n’était pas de transgresser les lois.