Jonathan a 7 semaines.

J'ai d'abord passé quatre semaines à me bercer avec lui et rien de plus sinon 2 sorties (avec lui sur moi, et cela... même à la télévision)!

Pendant ce temps à le regarder dormir et à ne rien faire d'autre que me reposer avec lui, les idées arrivent... Et vous savez comme je les apprécie et leur accorde de l'importance. Je protège donc cette pause que je m'accorde et salue la créativité qui en bénéficie!

Je prends soin de bébé et de moi pour être à la hauteur. Je souhaite être bien pour le dorloter. Je me couche donc très tôt (20 h au plus tard) pour ne pas être fatiguée (!), pour être patiente la nuit et le couvrir d'amour et de soins.

J'affectionne nos nuits, l'atmosphère qui s'en dégage, le calme feutré; voir la nuit aussi et les jours se lever et j'aime lorsqu'il est bien, couché "tout aplati et abandonné" sur moi.

Et le jour, je me permets le repos, la chaise berçante, le garder dans mes bras... presque tout le temps (j’écris donc ce texte avec mon pouce sur mon iPhone!).

Je suis faite comme ça, on ne me changera pas, n'essayez même pas! J'ai cette détermination d'une maman lion qui protège farouchement... et je me plais à penser qu'il n'y a rien de mieux, pour lui comme pour moi. Je constate aussi les effets sur l'enfant ainsi collé dans le temps et me réjouis en confiance.

C'est fou parce que malgré cette vie de maman kangourou qui veille jour et nuit, un fabuleux projet est né: ma tête libérée a su réunir  personnes inspirantes, ressources uniques et idées merveilleuses en une création qui verra le jour début mai pour mieux vous combler! Tout s'est placé naturellement comme par enchantement: j'ai vu mes idées se réaliser, mes amis se réunir et l'abondance se créer.
Tous les jours, je me surprenais ravie (et non peu fière!), je le répétais à mon amoureux.

Semaine 7, je retrouve le calme et la chaise berçante et jalouse ce temps à nouveau, me permettant repos et contemplation.

Ce qui me surprend de bébé, c'est à quel point il souhaite communiquer. Ces premiers sourires il y a quelques semaines, je les ai aussi attrapés et chéris. Je souhaitais aussitôt les partager avec son père. Alors que bébé se surprenait lui-même, c'est maintenant courant: nous échangeons par ces yeux qui cherchent, ce sourire qui débute timidement, puis illumine tout son visage et nous fait automatiquement rire avec lui. Et lorsque nous sommes plongés, yeux dans les yeux, nous ne pouvons ni l'un ni l'autre nous quitter. Je songe qu'il y a si peu longtemps, il était dans mon ventre, se questionnait-il? Je ne le connaissais pas et tellement maintenant.  Coup d'amour profond, infini et instantané sur lequel nous apprenons l'un, l'autre. Je l'aime tant.

Ces frères sont attendris et le plus jeune réalise comme on s'occupe d'un nouveau-né: "maman, je partage avec toi mon chocolat parce que tu es importante!"

Je peux l'être parce que mon amoureux fait tout le reste! Merci d'apprécier et de me laisser être cette maman.
Je suis comblée... Et j'en profite! Impossible d'en profiter plus!

Pour vous laisser avec sourire & mot d'enfant, Charles a aussi réalisé ceci: "maman, t'es comme une vache à lait d'amande!" :)